Mets l’ancolie de coté

Picasso_paysage   DE La TOUR Madeleine
PICASSO La passion du dessin du 28 septembre 2005 – 9
janvier 2006 Musée Picasso, Paris
  "Mélancolie. Génie et folie en Occident", Grand Palais,
Paris-8e
     
Evidemment on ne sait jamais ce qu’on va dessiner…mais
quand on commence à le faire naît une histoire, une idée…et ça y est.
Ensuite l’histoire grandit, comme au théâtre, comme dans la vie…et le dessin
se transforme en d’autres dessins, en un véritable roman. C’est très
distrayant, crois-moi. Moi au moins je m’amuse énormément, en inventant des
choses et je passe des heures entières, pendant que je dessine, à voir, à
penser à ce que font mes personnages. Dans le fond, c’est une manière
d’écrire des histoires
  Pour quelle raison tous ceux qui ont été des
hommes d’exception, en ce qui regarde la philosophie, la science de l’Etat,
la poésie ou les arts, sont-ils manifestement mélancoliques

Picasso

 

Aristote Problème XXX

Je préfère l’interprétation de Picasso, pas besoin
d’être mélancolique pour peindre, dessiner ou sculpter

One single comment

  1. Di Brazza dit :

    Je crois chacun tient son « mode mental » particulier dès lors qu’il s’agit de créer. Pour certains – c’est mon cas – la Création a lieu au moment de l’invention du concept préalable à l’exécution.Une certaine forme de mélancolie m’est nécéssaire durant tout ce temps de fécondation et gestation. Voilà pourquoi je parle de « Théorie de la Parturience » en ce qui me concerne . Puis : besoin – c’est toujours mon expression « d’aller accoucher seul dans la forêt » : une fois le concept de la toile mis au monde (!!!!) je ne suis plus que dans « l’e beau métier d’Artisan », et peux aller d’un étât d’esprit à l’autre tandis que ma toile se réalise . je sais où je vais. j’ai une direction . Mon tableau est déjà né avant d’être peint . Le peindre : c’est tout simplement veiller à lui donner une bonne éducation !!!

    Bon, je me suis encore envolé.
    Amications aéronautiques.