Le Mythe de Narcisse [dyna] mité


Acte 1

Prima fide uocisque ratae temptamina sumpsit Caerula Liriope, quam quondam flumine curuo Inplicuit clausaeque suis Cephisos in undis Vim tulit. Enixa est utero pulcherrima pleno Infantem nymphe, iam tunc qui posset amari, Narcissumque uocat. (…)
La première qui fit l’épreuve de la vérité de ses oracles fut Liriope aux cheveux d’azur (rivière de Béotie) ; jadis le Céphise (Cours d’eau) l’enlaça dans son cours sinueux et, la tenant enfermée au milieu de ses ondes, il lui fit violence. Dotée d’une rare beauté, elle conçut et mit au monde un enfant qui dès lors était digne d’être aimé des Nymphes ; elle l’appela Narcisse.

C’est la mère (la belle-mère de Blanche-neige) qui se regarde alors dans le miroir et se voit peu à peu vieillir……..
Acte 2
Fons erat inlimis, nitidis argenteus undis, quem neque pastores neque pastae monte capellae contigerant aliudve pecus, quem nulla volucris. nec fera turbarat nec lapsus ab arbore ramus; gramen erat circa, quod proximus umor alebat, silvaque sole locum passura tepescere nullo. hic puer et studio venandi lassus et aestu procubuit faciemque loci fontemque secutus, dumque sitim sedare cupit, sitis altera crevit, dumque bibit, visae correptus imagine formae spem sine corpore amat, corpus putat esse, quod umbra est. Adstupet ipse sibi vultuque inmotus eodem haeret, ut e Pario formatum marmore signum. spectat humi positus geminum, sua lumina, sidus et dignos Baccho, dignos et Apolline crines inpubesque genas et eburnea colla decusque oris et in niveo mixtum candore ruborem, cunctaque miratur, quibus est mirabilis ipse: se cupit inprudens et, qui probat, ipse probatur, dumque petit, petitur, pariterque accendit et ardet. inrita fallaci quotiens dedit oscula fonti, in mediis quotiens visum captantia collum bracchia mersit aquis nec se deprendit in illis! quid videat, nescit; sed quod videt, uritur illo, atque oculos idem, qui decipit, incitat error. credule, quid frustra simulacra fugacia captas? quod petis, est nusquam; quod amas, avertere, perdes!
Il y avait une source limpide d’eaux brillantes et argentées, que n’avaient touché ni les bergers, ni les chèvres qui passent sur la montagne ni aucun autre troupeaux ; aucun oiseau ni une bête sauvage ne l’avaient troublée, ni un rameau tombé de l’arbre. Elle était entourée de gazon, que l’humidité très proche entretenait, et l’ombre de la forêt ne permettait pas au lieu d’être réchauffé par quelque rayon de soleil. Ici, l’enfant fatigué après une chasse intense et par la chaleur de l’été, s’étendit à terre séduit par l’aspect de ce lieu et par la source. Et pendant qu’il cherche à apaiser sa soif, une autre soif monte en lui. Et pendant qu’il se désaltère attiré par le charme du lieu, il aime une illusion sans corps et est saisit par la représentation d’une beauté qu’il avait vu, il pense que ce qui est une ombre est un corps ; il tombe en admiration devant lui-même et il reste fixé, son visage immobile comme une statue de marbre de Paros. Etendu sur le sol, il regarde deux astres -ses yeux– et des cheveux dignes de Bacchus et dignes d’Apollon, des joues qui n’ont pas atteint la puberté, un cou d’ivoire et le charme de sa bouche, blancheur de neige mêlée d’une couleur rouge. Et il admire tout ce qui le rend admirable. Crédule, pourquoi cherches-tu à obtenir en vain des apparences fuyantes ? Ce que tu cherches est nulle part, ce que tu aimes, détournes-toi, tu le perdras !

C’est cette étape que Freud (Sigmund) nomme Le narcissisme primaire :le bébé est pour lui-même le centre du monde. L’extérieur n’existe pas pour lui. Il ressent sa mère comme une partie de son propre corps. La voyant accourir sans délai au moindre de ses appels, il est en effet persuadé qu’il a autant de pouvoir sur elle que sur sa main ou sur son pied.
Acte 3
Ille caput viridi fessum submisit in herba; Lumina mors clausit domini mirantia formam. Tum quoque se, postquam est inferna sede receptus, In Stygia spectabat aqua. Planxere sorores Naides et sectos fratri posuere capillos; Planxerunt dryades ; plangentibus adsonat Echo. Jamque rogum quassasque faces feretrumque parabant ; Nusquam corpus erat ; croceum pro corpore florem Inueniunt foliis medium cingentibus albis.
Puis il posa sa tête fatiguée sur l’herbe verte, et la nuit ferma ses yeux emplis d’admiration pour la beauté de leur mâitre. Et, même quand il eût été reçu dans l’infernal séjour, il se contemplait encore dans l’eau du Styx. Ses soeurs, les Naïades, firent retentir leurs pleurs et déposèrent sur la tombe de leur frère leurs cheveux coupés. Les Dryades le pleurèrent aussi. Le son de ces pleurs est redoublé par Echo. Et déjà elles préparaient le bûcher, les torches que l’on secoue, la civière ; mais le corps avait disparu. à sa place, elles trouvent une fleur jaune safran dont le cœur est entouré de feuille blanches.

Freud (toujours Sigmund) nomme « narcissisme secondaire » cet amour de soi qui succède à la découverte de la réalité extérieure. C’est à ce narcissisme que l’on fait référence lorsque l’on parle des problèmes ou des failles « narcissiques » d’une personne.
Acte 4
Freud (non pas Sigmud mais Lucian son petit-fils le Peintre) en 1993 alors agé de soixante-dix ans, scrute sans complaisance son corps nu et vieillissant. en 2002 il déclare « I intend to paint myself to death (J’ai l’intention de me peindre jusqu’à ma mort). Bravo pour son courage et tant pis pour ceux qui sont choqués par ses tableaux.

Acte 5
Nous tous qui revenons de vacance bronzé(e)s et réconcilié(e) avec notre corps, nous pouvons sans crainte nous regarder dans le miroir. Elle et Lui

Le texte en Latin est d’Ovide