Effets d’eau au Théâtre de la Ville. (*)

Pina Bausch Vollmond- Tu as aimé ?
- je reste un peu sur ma faim, dans la première partie je n’ai pas trouvé que l’utilisation de l’eau apportait beaucoup.
- Ah bon, moi j’ai bien aimé les danseuses qui nageaient.
- Oui, bien sûr, la danseuse allongée sur le dos en sari jaune sur le matelas pneumatique qui dérive portée par le courant, c’était très poétique ; le pêcheur avec son ciré qui lance sa ligne du haut du rocher, celui qui plonge du haut de la falaise et les couples qui dansent sous la pluie étaient d’excellentes trouvailles. J’ai bien aimé aussi la danseuse somnambule.
- Et les danseurs qui lancent des bassines d’eau contre le rocher, c’était une super idée non ?
- Oui ça c’était vraiment chouette, cette eau qui éclatait un peu comme un feu d’artifice.
- Bon on va manger quelque chose ? j’ai faim.

(*) Vollmond (Pleine lune) de Pina Bausch au Théâtre de la Ville

Miquel Barcelo et Josef Nadj dans « Paso Doble » aux Bouffes du Nord

Paso DobleUn mur d’argile en constante évolution par griffures, jets de pots d’argile, coups de masse et dans lequel Nadj prête son corps pour devenir partie intégrante du tableau.
Une performance éblouissante d’une heure ou le tableau finit par avaler les deux protagonistes.
Le tableau au début et à la fin de la représentation
Lorsque les deux artistes viennent saluer, ils sont couverts d’argile

Dernière représentation le 24 Juin

« Les oeuvres d’art sont-elles des réalités comme les autres ? »

TentationC’est un des sujets de philo du Bac Littéraire 2007:
« Les oeuvres d’art sont-elles des réalités comme les autres ? »

Pour certains la différence entre un lingot d’or et une œuvre d’Art c’est que l’œuvre d’Art a plus de chance de prendre de la valeur que le lingot d’or, mais les deux sont dans un coffre fort, et n’en sortent que pour être vendus.
Mais une œuvre d’Art est aussi le support matériel d’une émotion, peu de personnes peuvent rester indifférents à la naissance de Vénus de Botticelli, le pouvoir d’évocation dépasse de loin la réalité physique du tableau lui-même.
Lorsque je sculpte une statue j’apprécie autant la réalité de l’objet en lui-même, si elle est en marbre son contact est un plaisir en soi, mais ce qu’elle représente je le garde pour moi, et c’est souvent très éloigné de la réalité de l’objet en lui-même.

Cette pomme est juste là pour donner un exemple de la réalité et de l’évocation.

Moi je vote pour l’Europe

Vote europeenJ’ai essayé de trouver un candidat aux législatives qui ne soit pas trop anti-européen, je vote en Essonne où se présentent treize candidats, je n’ai pas trouvé les programmes présentés très réjouissants, alors j’ai mélangé les bulletins et les ai disposé au hasard par terre, et je vais donc voter pour Dimitri.
Et je me passe en boucle l’Hymne Européen dans ses diverses interprétations

Metro culture

Cartons de Jean FeldmanCe matin dans le métro en lisant le quotidien gratuit « MatinPlus » je suis tombé sur cet article, je ne connais pas du tout Jean Feldman pas plus d’ailleurs que la Galerie où il expose, mais je vais aller y faire un tour car j’aime bien ses cartons.
« De la publicité à la peinture, il n’y a qu’un pas. Jean Feldman, créatif et affichiste de renom à qui l’on doit, entre autres, la petite fleur de Yoplait et les campagnes publicitaires d’Obao, revient à ses premières amours. La peinture et les Cartons, comme il nomme avec affection les oeuvres qu’il réalise dans ce matériau.
Il expose à la galerie Anne et Just Jaeckin, où dix-sept toiles et plusieurs vitrines de Cartons éclairent leurs formes à la façon de Botero.
L’originalité est de mise avec ces personnages cartonnés. Cette matière «sensuelle aux coloris infinis» est une source de réminiscences de son enfance. Avec celui qu’il appelle «son vieux copain», le plasticien revisite les canons de l’art inca. Ailleurs, «prisonnier de la beauté des femmes», Jean Feldman leur rend hommage.
Au final, on découvre un univers plein d’humour et de dérision, à la fois enfantin, par les procédés de découpage et de collage, et artistique par l’audace qui a fait son succès.
«Art is vanity», dit l’un de ses personnages… _
Jean Feldman, jusqu’au 15 juin,
Galerie Anne et Just Jaeckin, 19, rue
Guénégaud, Paris 6e (0143267365). »